IGIHUHA

Monday, April 10, 2006

IBIHWIHWISWA: S'achemine-t-on vers une mise en accusation de Paul Kagame au TPIR?




08.04.06

TPIR/RWANDA - UN AVOCAT DU TPIR TAPE DU POING SUR LA TABLE EN EVOQUANT LA MISE EN ACCUSATION DE KAGAME


Arusha 7 avril 2006
(FH) - Un avocat plaidant devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), Me Peter Erlinder, a affirmé vendredi que le président rwandais, Paul Kagame, devait être mis en accusation au vu des preuves et des témoignages accumulés contre lui par le TPIR.
Cet éclat intervient alors que le Rwanda célèbre l'anniversaire du génocide. Le TPIR s’efforce depuis douze ans de juger et de mettre en accusation les auteurs présumés du génocide sans jamais mettre en cause leurs anciens adversaires arrivés au pouvoir.
Le mandat de ce tribunal, créé quelques mois après le génocide, permettrait pourtant de le faire car il couvre non seulement les auteurs du génocide mais aussi les auteurs de crimes contre l’humanité et les crimes de guerre commis en 1994 dans le pays.

Erlinder, qui est Américain, défend Aloys Ntabakuze, l’ancien major commandant le bataillon de para- commandos, un bataillon d’élite.
Avocat reconnu parmi la centaine exerçant au sein du TPIR, ancien président de l’ordre des avocats américains, Erlinder a prétexté l’annonce d’une visite d’Etat du président rwandais Paul Kagame au Canada pour mettre en garde le gouvernement canadien.
Selon lui, des éléments dont dispose la Cour et auquel le gouvernement canadien peut accéder, prouvent que le Front patriotique rwandais (FPR, ancien mouvement rebelle actuellement au pouvoir à Kigali) était la seule force militaire capable d’interrompre le génocide mais qu’il l’a laissé se perpétuer.
D’après plusieurs témoignages et des documents des Nations unies qu’il évoque, l’armée régulière rwandaise n’était pas en mesure de le faire car elle luttait depuis 4 ans en situation d’infériorité contre l’invasion rebelle. Il cite pour appuyer ses propos le général Roméo Dallaire, ancien responsable militaire des Nations Unies au Rwanda, ainsi que l’ambassadeur américain à Kigali à l’époque.
L’avocat américain évoque également le témoignage d’un ancien officier du FPR, le lieutenant Abdul Ruzibiza, qui a accusé le FPR et son chef Paul Kagame d’avoir tiré les deux missiles contre l’avion du président Juvénal Habyarimana donnant ainsi le signal du début du génocide.
Kagame, dit-il, a ordonné l’assaut final de ses troupes avant que la moindre action en représailles de l’attentat contre l’avion du président n’ait été signalé dans le pays. De même alors que l’armée rwandaise a proposé à plusieurs reprises un cessez- le- feu afin d’interrompre les massacres, le FPR l’a refusé.
Kagame lui-même aurait été présent lors d’un massacre survenu au stade de Byumba au nord du pays dans une zone contrôlée par le FPR et où des dizaines de milliers de civils auraient été tués, ajoute-t-il.
Pour toutes ces raisons, il affirme qu’une requête est en préparation pour demander la mise en accusation de Paul Kagame pour meurtre, conspiration en vue de commettre un meurtre et divers crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

Il conclut que les charges contre son client et d’autres responsables de l’armée, actuellement jugés pourraient être lancés contre les vainqueurs de 1994. PB/GF
Agence Hirondelle d'information, de documentation et de formation,
Arusha (Tanzanie):
News© Agence Hirondelle


Fondation Hirondelle Lausanne, Suisse Tel : +41 21 654 20 20
Email :
info@hirondelle.org

Agence Hirondelle Arusha, Tanzanie Tel : +255 741 51 08 94

0 Comments:

Post a Comment

<< Home